qui fera grève le 31 janvier prochain?

Retour sur les différents secteurs qui ont présenté l’appel des intersyndicats du nouveau mouvement de grève ce mardi 31 janvier.

Le 31 janvier sera-t-il aussi populaire que le 19 ? Après la première journée de mobilisation jeudi dernier, l’union des partis – qui regroupe CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, UNSA, Solidaires et FSU – veut une nouvelle révolution dans les rues pour faire pression sur le gouvernement pour qu’il abandonne ses retraites projet de réforme.

Avec plus d’un million de manifestants dans les rues, le « 19 janvier » a été un succès pour les opposants au projet, l’appel à la mobilisation du lendemain a été entendu par plusieurs fédérations syndicales.

Mais dans le contexte de tension du pouvoir d’achat, certains d’entre eux préfèrent fixer l’heure, tester les ouvriers avant de lancer un appel à la grève moins suivi que celui du 19 janvier.

Synthèse de la mobilisation attendue le 31 janvier.

Dans le train

A commencer par le transport. Lors de la réunion du 20 janvier, les syndicats de la SNCF ont déjà fait savoir qu’ils s’inscriraient “aux dates fédérales avec tous les travailleurs”. Des grèves pourraient également avoir lieu plus tôt dans le secteur ferroviaire puisque la CGT-Cheminots a déposé un avis “du mercredi 25 janvier 2023 19h00 au jeudi 2 février 2023 à 8h00”.

Lire Aussi :  Paris : un chauffard sans permis percute un policier à moto à l’issue d’une course-poursuite

En transit vers Paris

Il n’y a pour l’instant aucun appel des syndicats de la RATP à la mobilisation le 31 janvier. Les représentants prennent le pouls des salariés pour juger de l’importance d’un tel appel.

“Ce qu’on peut dire, c’est qu’on ressent de la colère, montre la source du parti FO au Parisien. Et si on part en grève illimitée, ça peut être difficile pour le gouvernement. Ce sera aux ouvriers de décider.”

Dans les aéroports

Toujours dans le ciel, l’appel a été entendu. Les syndicats de l’aéroport Paris Charles-de-Gaulle ont décidé de faire grève le 31 janvier.

“Nous sommes 100.000 travailleurs à l’aéroport. Si vous bloquez l’aéroport, vous bloquez l’économie”, assure au RMC Loris Foreman, délégué CGT dans une petite entreprise de sous-traitance de Roissy.

Mais la mobilisation s’annonce difficile pour la reconnaissance des syndicats dans ce contexte d’inflation où chaque jour de grève punit le pouvoir d’achat.

Lire Aussi :  Une cimenterie Lafarge ciblée par des activistes écologistes près de Marseille

Dans les stations de ski

A quelques jours du départ pour les vacances au ski (le 4 février pour la zone A), ce sont les hôtels qui risquent de souffrir d’une mobilisation. Les deux principaux syndicats des travailleurs des remontées mécaniques, Force ouvrière (FO) et la CGT, ont en effet déposé des préavis de grève le 31 janvier. Le mouvement ne devrait pas se poursuivre au-delà de mardi prochain.

“Les ascenseurs fonctionneront comme d’habitude à partir du lendemain [1er février .NDR]: nous ne voulons pas fragiliser davantage des entreprises qui sont déjà en difficulté”, a déclaré à l’AFP Eric Becker, secrétaire général de la FO des remontées mécaniques et des saisonniers.

À l’école

Dans l’Éducation nationale, les syndicats appellent également à la mobilisation le 31 janvier. Le SNALC (Syndicat national des professionnels de l’éducation) a répondu positivement à l’appel à la grève et SUD Éducation propose de prolonger la grève au-delà du 31 janvier. Mais c’est un syndicat minoritaire.

Lire Aussi :  La production mondiale de vin s'annonce modeste en 2022, la France au-dessus de la moyenne

Dans d’autres secteurs de la fonction publique, l’appel du syndicat n’a pas donné de mot précis.

en énergie

Il n’y a actuellement aucune unité dans le secteur. Dans les raffineries de pétrole, la CGT-Pétrole a prévu une grève les 26 et 27 janvier et le 6 février. Mais le syndicat n’exclut pas de rejoindre le mouvement mardi prochain.

“Nous verrons si nous rejoignons les dates annoncées ou si nous gardons les nôtres”, a déclaré Lionel Arbiol, représentant du syndicat CGT de la raffinerie de Fos-sur-Mer ce vendredi sur Sud Radio.

A noter également que la société CGT Mines-Énergies menace de couper l’énergie ciblée pendant une ou deux heures d’ici le 31 janvier.

Frédéric Bianchi

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button