Meurtre de Lola : Friha, la sœur de la suspecte Dahbia B., en attente d’expulsion

Qu’adviendra-t-il de la sœur de Dahbia ? Friha B., 26 ans, a été placée ce vendredi dans l’enceinte du chef-lieu du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne). Il est arrivé dans l’après-midi devant un juge de la détention et des libertés qui devait statuer sur son expulsion ou sa libération. Le 17 octobre, sa sœur, dite “Dina”, âgée de 24 ans, est inculpée à Paris avant d’être incarcérée. Il est soupçonné d’avoir tué, torturé et violé la petite Lola, 12 ans, le 14 octobre dans le 19e arrondissement de Paris. Un drame qui a ému la France entière et provoqué une tempête politique.

Le soir de ces événements, Friha a été arrêtée et entendue par la police judiciaire et finalement relâchée dans cette grave affaire pénale. Il a expliqué que sa sœur était la source de problèmes et que sa santé mentale le tracassait depuis quelques semaines. Dahbia a profité de son absence pour étrangler le jeune homme dans l’atelier qu’il a acheté à l’âge de 119 ans, rue Manin. Vers 22 heures, Dina était arrivée au VTC portant la caisse contenant le corps de Lola. Sa sœur aînée avait insisté pour qu’il lui dise ce qu’il y avait dans le coffre. Mais le tueur présumé avait refusé de lui dire avant de s’enfuir.

Lire Aussi :  qui peut gagner parmi les favorites ?

Le 19 octobre, comme le révèle France Info, Friha est de nouveau interpellé par la police car il se trouve dans une situation inhabituelle sur le territoire français. Cet Algérien est arrivé en France en 2016. Il a principalement travaillé dans une boulangerie à La Ferté-Bernard (Sarthe) avant de revenir vivre en région parisienne. Depuis son retour à Paris, il travaille au clair de lune dans une boulangerie à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et, pour l’avenir, envisage de rester en France et d’ouvrir un salon. Connu des services de police, il avait été interpellé à Paris après un braquage commis par une compagne dans une parfumerie.

Lire Aussi :  Rouge, vert, gris, turquoise... Tout ce qui change pour les timbres à partir du 1er janvier

Il doit encore être entendu par un juge d’instruction.

Friha a été placée au centre de détention du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne, car c’est la seule structure qui accueille des femmes dans le secteur parisien. Selon nos informations, il n’a pas pu être libéré ni expulsé pendant l’instruction de cette affaire.

Lire Aussi :  EN DIRECT - Réforme des retraites: Véran admet que le message du gouvernement "a du mal à passer"

“Il doit encore être entendu par le juge d’instruction chargé de cette affaire et donc il doit rester dans l’exercice de la justice”, note le policier. Une jeune femme peut être détenue pendant trois mois.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button