INDUSTRIE : La CGT s’insurge devant la fermeture de Vallourec Umbilicals

La CGT rappelle que le groupe Vallourec a bénéficié d’un milliard d’euros d’argent public et de 263 millions d’euros de prêts garantis par l’Etat.

Le syndicat alerte également sur la situation de Vallourec Bearing Tubes, une société basée à Montbard, qui a été rachetée par le fonds de pension allemand Mutares en mars dernier.

Communiqué du comité régional CGT Bourgogne-Franche-Comté du 29 novembre 2022 :

Courriers du syndicat CGT Métallurgie BFC adressés aux syndicalistes CGT

Cher camarade !

Après l’annonce brutale et scandaleuse de la direction de VALLOUREC UMBILICALS le 24 novembre que l’entreprise de Venarey-les-Laumes (21) serait mise en liquidation sans PSE, la CGT et les 54 salariés ont décidé d’occuper l’entreprise.

Le lendemain, 25 novembre, nous avons eu rendez-vous par visioconférence à la DREET de Dijon avec le ministère de l’Industrie et le cabinet du président de la République.

La délégation CGT des camarades de VALTI et VALLOUREC UMBILICAUX, le coordinateur métallurgique régional BFC, le secrétaire syndical de Venarey, la CFDT VALLOUREC, le directeur du site de VALLOUREC, le maire de la commune de Venarey-les-Laumes ont présenté la situation.

La CGT majoritaire est celle qui a analysé la situation dans son communiqué ci-joint, pointé la responsabilité sociale de VALLOUREC et des actionnaires de l’entreprise, ainsi que les fonds publics versés, du fait de l’examen de nos propositions alternatives ci-dessous :
Respect légal des procédures collectives et traitement social exemplaire des salariés.
Recherche de solutions alternatives permettant la poursuite de l’activité industrielle sur site, dont une diversification d’activité permettant de préserver les emplois.
Repenser le processus de liquidation pour se donner le temps de trouver des solutions industrielles, avec un plan de formation client et professionnel des salariés.
Assumer la responsabilité sociale du groupe VALLOUREC qui dispose des moyens financiers et industriels pour apporter une nouvelle activité sur le site afin de maintenir les 54 emplois.
En dernier recours et en vue de la recherche réelle de solutions industrielles et financières, la création d’un PSE avec tous les outils nécessaires et indispensables pour reclasser les travailleurs qui ne seraient pas embauchés sans passer par la case chômage.

Lire Aussi :  La facture d'électricité de ce chef d'entreprise de la Creuse a augmenté de 438%

Dans l’attente des résultats du ministère du travail, à compter du lundi 28 novembre, lors de la réunion d’information et de consultation du CSE, nous désignerons la société SECAFI pour nous accompagner dans la procédure et analyser la situation économique et financière qui justifierait le licenciement de l’activité. .

Le bassin d’emploi CGT organise la solidarité avec les salariés, qui entretient le bien-être et la lutte pour l’avenir industriel et l’emploi.

Le combat continue !

Sincèrement
James
Bonne réception.

Déclaration du syndicat CGT Métallurgie BFC au ministère de l’Industrie le 25 novembre

Les travailleurs ont été très choqués par la décision brutale et violente de la direction de VALLOUREC, sans sommation, ni par les mesures préventives de liquidation de l’entreprise et leurs licenciements manu-militaires.

L’entreprise a annoncé hier 24 novembre, lors de la réunion ordinaire du CSE, l’arrêt immédiat des activités de l’entreprise sans PSE, et ne donne aucun moyen aux salariés qui leur permettrait de se retourner et de réfléchir à leur avenir, alors verser les salaires à l’AGS.

Nous avons été d’autant plus choqués d’être face à une multinationale qui est loin d’ignorer la législation en vigueur en France et ses obligations en matière de dialogue social.

Or, VALLOUREC UMBILICALS de Venarey-les-Laumes, détenue à 49% par BPI, a eu l’audace d’annoncer sa liquidation du jour au lendemain sans rencontrer au préalable le CSE pour en aviser la CGT et la CFDT ;
– Difficultés économiques et financières
– Mesures envisagées pour remédier à la situation
– Approches de trading pour récupérer les commandes
– Mesures visant à améliorer la productivité.

Lire Aussi :  Inflation américaine : la décrue est entamée selon une note de CPR AM.

En bref : trouver des solutions pour assurer le maintien de l’activité industrielle et des emplois.

Au contraire, la direction a placé tous les salariés dans l’APLD pendant plusieurs semaines sans créer de plan de professionnalisation des salariés requis par le dispositif et a directement annoncé l’arrêt de l’activité.

Il n’y a rien à voir aux alentours !

J’ose rappeler que le groupe VALLOUREC a bénéficié de 1 milliard d’euros d’argent public et de 263 millions d’euros de PGE (prêt garanti par l’Etat) et que l’entreprise ferme délibérément après seulement deux ans d’existence.

Celle-ci a été entièrement financée par les collectivités territoriales, tandis que VALLOUREC réalise un bénéfice significatif.

Enfin, rappelons que la CGT est intervenue à plusieurs reprises auprès de votre ministère pour dénoncer les stratégies industrielles et financières de VALLOUREC.

Plus tôt ce mois-ci, le 8 novembre, Philippe VERBEK, membre du Comité stratégique du secteur minier et métallurgique, a condamné dans une lettre la menace de délocaliser toute la production en Europe, y compris l’Allemagne et la France, pour s’installer aux États-Unis. États-Unis, Brésil et Asie.

Une lettre qui fait suite à un entretien en décembre 2021 avec Me Pannier Runacher, le ministre de l’Industrie de l’époque, qui a accepté de mener une enquête d’expertise chez VALLOUREC.

Mais à ce jour nous n’avons aucun retour !

Face à cette situation inacceptable, répréhensible et inhumaine, nous avons décidé d’occuper l’entreprise jusqu’à ce que nous trouvions des solutions qui assureront les perspectives d’avenir des salariés pour eux-mêmes et leurs familles.

Ce que nous demandons notamment, c’est que l’Etat, en tant qu’actionnaire de la société VALLOUREC UMBILICALS, exige de la direction du groupe VALLOUREC :
1. Respect légal des procédures collectives et traitement social exemplaire des salariés.
2. Recherche de solutions alternatives permettant la poursuite de l’activité industrielle sur le site, y compris la diversification de l’activité permettant la préservation des emplois.
3. Repenser le processus de liquidation pour se donner le temps de trouver des solutions industrielles, avec un plan de formation client et professionnel des salariés.
4. Assumer la responsabilité sociale du groupe VALLOUREC qui dispose des moyens financiers et industriels pour apporter une nouvelle activité sur le site afin de maintenir les 54 emplois.
5. En dernier recours et compte tenu de la recherche réelle de solutions industrielles et financières, la création d’un PSE avec tous les outils nécessaires et indispensables afin de reclasser les travailleurs qui ne pourraient pas être embauchés sans passer par la case chômage.

Lire Aussi :  l’enseigne le remet finalement en rayon

Enfin, dans notre délégation CGT, deux salariés de l’entreprise MUTARES, ex VALLOUREC, pour vous alerter sur les dangers qui pèsent sur l’avenir industriel et les 180 emplois actuels.

Si rien n’est fait pour que MUTARES exige des garanties pour les instruments financiers qu’elle engage, ainsi que pour les investissements à court et moyen terme qui assurent la pérennité du site et des emplois, alors cette société connaîtra le sort de VALLOUREC. Cordon ombilical dans quelques mois.

Un total de 234 familles (180 + 54) et les emplois qui en résultent sont touchés par environ 400 familles et sacrifiés sur l’autel du profit.

C’est tout un bassin d’emplois où VALLOUREC a déjà multiplié les cessions de plusieurs sociétés et risque d’être anéantie par une multinationale très rentable qui a bénéficié d’énormes fonds publics et en est comptable.

Vallourec Umbilicals annonce la fermeture de l’usine – répond Patrick Molinoz

Marie-Guite Dufay dénonce le “gaspillage humain et industriel” lié au départ de Vallourec Ombilicals de Venarey-Les Laumes

Laurence Porte annonce que le département Côte-d’Or est solidaire des salariés de Vallourec Umbilicals

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button